coter


coter

coter [ kɔte ] v. <conjug. : 1>
XVe; de cote
I V. tr.
1 Marquer d'une cote (les pièces d'un dossier, les pages d'un registre). cote (2o); noter, numéroter.
2(1832) Indiquer le cours de (une valeur, une marchandise). cote (3o); estimer, évaluer. Coter la rente, le change. Coter le certain, l'incertain. Coter une valeur en Bourse. coté.
Coter un devoir d'élève. noter.
Rare Faire plus ou moins de cas de (qqn, qqch.). apprécier, estimer; coté.
3Marquer des mesures sur (un plan, une carte). Coter une carte géographique : indiquer les cotes de niveau. Coter un dessin industriel. cote (5o).
II V. intr. Atteindre, avoir (telle cote). Sa voiture cote vingt mille francs à l'Argus. Le lingot a coté tant. ⊗ HOM. Coté; poss. côté.

coter verbe transitif (de cote) Fixer le cours d'une monnaie, d'une valeur mobilière, d'une marchandise, etc. Fixer la quote-part de la contribution d'un contribuable. Noter un devoir, une copie, les affecter d'une note qui indique leur valeur par rapport à un barème. Apprécier quelque chose selon une échelle de valeurs : Coter un film, un vin. Reporter sur un plan les altitudes des différents points par rapport au plan de comparaison choisi. Porter les cotes des éléments représentés. Attribuer une cote à un document, à un point, à un navire, etc. ● coter (homonymes) verbe transitif (de cote) coté adjectif côté nom masculincoter verbe intransitif En parlant d'une valeur, d'une marchandise, avoir telle cotation. ● coter (homonymes) verbe intransitif coté adjectif côté nom masculin

coter
v. tr.
d1./d Marquer d'un chiffre, d'une lettre, numéroter (un chapitre, les pages d'un document).
d2./d FIN Marquer à la valeur du jour. Coter des marchandises, des actions à la Bourse.
d3./d Apprécier par une note. Coter la copie d'un candidat.
d4./d TECH Inscrire les cotes sur (un schéma, un plan, etc.).

⇒COTER, verbe trans.
I.— [Avec une idée de valeur quantitative ou qualitative]
A.— FINANCES
1. DR. FISCAL. Fixer le montant de la part que doit payer chaque contribuable.
2. BOURSE
a) [Le suj. désigne un employé de la Bourse ou, p. ext., la Bourse] Procéder aux opérations nécessaires à la détermination du cours d'une valeur :
1. Il [Saccard] (...) tomba sur la petite bourse des valeurs déclassées, les « Pieds humides », comme on appelle avec un ironique mépris ces joueurs de la brocante qui cotent en plein vent, dans la boue des jours pluvieux, les titres des compagnies mortes.
ZOLA, L'Argent, 1891, p. 20.
b) [Le suj. désigne une valeur boursière] Être affecté d'une certaine valeur à l'issue d'une séance de la Bourse. Au début de janvier, il [l'assignat] cotait encore 60 à 65 %; en février, il descendit à 50 et, jusqu'en octobre, la dégringolade ne s'arrêta plus (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 342).
Action cotée en Bourse. Action régulièrement soumise à la cotation. Valeur cotée à la Bourse de X.
P. méton. [En parlant d'une société par actions] :
2. Ce risque de prise de contrôle, qui peut menacer toute entreprise cotée, puisque quiconque peut acheter des actions sur le « marché de l'occasion », paralyse beaucoup d'entreprises françaises.
Pol. 1969, s.v. Bourse.
Emploi pronom. à sens passif :
3. ... les actionnaires doivent verser le montant de leurs actions en quatre termes successifs. Elles sont promptement enlevées au pair par un ou plusieurs banquiers qui versent le premier terme, c'est-à-dire un quart. Puis on fait mousser l'affaire. Les crédules accourent en foule; ils savent que ces actions se coteront en hausse à la bourse dès le premier jour, que les spéculateurs se les arracheront à 100 et 200 francs de prime, selon l'état du marché.
N.-J.-B. BOYARD, La Bourse et ses spéculations mises à la portée de tout le monde, 1853, p. 163.
3. P. anal., COMM. Indiquer la valeur d'un objet, d'une marchandise :
4. Quatre garçons se précipitent sur Jean-Paul et sur Lulu, les dépouillent de leurs pelisses et leur montrent une carte où la plus infâme tisane est cotée un louis.
MAURIAC, L'Enfant chargé de chaînes, 1913, p. 181.
5. ... il existe des livres entiers spécialement consacrés à la gravure de portrait, de paysage, de décoration, de genre et de mœurs, à la vignette d'illustration, à l'image de piété, à la caricature, à l'estampe populaire, aux affiches, aux cartes à jouer, aux ex-libris, au commerce des gravures, sans compter les ouvrages qui s'occupent de la biographie des graveurs, cataloguent leurs œuvres, traitent des procédés, cotent la valeur marchande des estampes.
DACIER 1944, p. 14.
Coté à l'Argus. [En parlant d'un véhicule d'occasion] Dont la valeur est mentionnée par l'Argus. Pas/ plus coté à l'Argus.
Région. (Canada). ,,Soumissionner; offrir au prix de`` (BÉL. 1957).
B.— P. ext.
1. ARCHIT., DESSIN INDUSTR., GÉOM., TOPOGR. Inscrire sur un plan, un croquis, une carte, une indication de dimension, d'altitude, de niveau. Point coté :
6. L'exploration de l'île était achevée, sa configuration déterminée, son relief coté, son étendue calculée, son hydrographie et son orographie reconnues.
VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 98.
Croquis, plan coté. Croquis, plan, dont les points sont notés avec leurs cotes.
Géométrie cotée. Géométrie dans laquelle chaque point d'un corps est représenté par sa projection orthogonale sur un plan horizontal et sa distance à ce plan. La géométrie cotée et la géométrie descriptive abordées respectivement en 1re et mathématiques (Encyclop. éduc., 1960, p. 713).
2. ENSEIGN. Indiquer au moyen d'une note ou d'une appréciation la valeur d'un travail, en se référant à un barème :
7. En juillet, je passai mathématiques élémentaires et philosophie. L'enseignement de l'abbé était si faible que ma dissertation, qu'il aurait cotée 16, me valut tout juste un 11. Je me rattrapai sur les sciences.
S. DE BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 161.
P. métaph., iron. Beaucoup d'entre eux [les ex-polytechniciens], dans le monde, cotent de 0 à 20 les jeunes filles à marier (LÉVY-PINET 1894, p. 118).
P. ext. Apprécier en fonction d'une échelle de valeurs :
8. Il s'agit, non pas seulement de faire une large place à une science, mettons la physiologie, mais de déterminer sa place par rapport aux autres sciences, d'en coter l'importance.
R. BIOT, Politique de la santé publ., 1933, p. 19.
II.— [Sans idée de valeur] ARCHIVES, BIBLIOTHÉCON., DOCUMENTOL. Inscrire de façon apparente une marque composée de chiffres et/ou de lettres sur un document pour en faciliter le repérage et le classement.
Spéc. [En parlant d'un registre destiné aux actes officiels] Numéroter réglementairement chaque page :
9. Tous les registres des conservateurs sont en papier timbré, cotés et paraphés à chaque page par première et dernière, par l'un des juges du tribunal dans le ressort duquel le bureau est établi.
Code civil, 1804, art. 2201, p. 403.
P. ext. Classer selon un système donné. La messe à trois voix est cotée « œuvre 12e » (D'INDY, C. Franck, 1908-21, p. 103). Classer mentalement. Comme elle [Mme de Guermantes] se savait cotée mal pensante (PROUST, Sodome, 1922, p. 672).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. depuis 1694. Var. cotter ds FÉR. Crit. t. 1 1787. Étymol. et Hist. 1. a) XVe-XVIe s. « noter, prendre note (à l'aide d'un signe quelconque) » (Amant ressuscité, p. 47 ds LITTRÉ); 1534 (RABELAIS, Gargantua, chap. 19, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 71); b) 1680 coter les pièces (RICH.); 2. 1611 quoter « imposer selon sa quote part » (COTGR.); 3. 1755 cartographie (A.-Ch. D'AVILER, Dict. d'archit.); 4. 1823 coter les fonds publics (BOISTE). Dénominatif de cote; dés. -er. Fréq. abs. littér. :27.
DÉR. Cotable, adj., fin. [En parlant d'une valeur boursière] Susceptible d'être cotée. Des actions cotables (Lar. Lang. fr.). []. 1res attest. a) av. 1606 « qui mérite d'être noté » (VAUQUELIN DE LA FRESNAYE, Satyres fr. L. III, à M. de Choisy ds HUG.) attest. isolée, b) av. 1866 fig. affaire cotable (PROUDHON ds Lar. 19e); de coter, suff. -able.

coter [kɔte] v.
ÉTYM. XVe; de cote.
———
I V. tr.
1 Marquer d'une cote (les pièces d'un dossier, les pages d'un registre…). Cote (1.); noter, numéroter. || Le notaire a coté ces pièces dans la marge.Par ext. || Coter un chapitre, un article : marquer le numéro du chapitre, de l'article.
2 (1832, in D. D. L.). Indiquer le cours, la cote de (une valeur, une monnaie, une marchandise…). Cote (2.); estimer, évaluer; → ci-dessous, II., et p. p., 2. || Coter une monnaie, le change. || La rente a été cotée à tant.
Par métonymie (en parlant d'une personne, d'une société) :
1 Il croyait dur comme fer pouvoir les utiliser encore (les actions) et les remettre sur le marché. « Quand nous serons cotés en Bourse… », me disait-il d'un petit air espiègle.
Patrick Modiano, les Boulevards de ceinture, p. 89.
Comm. Indiquer la valeur de (une marchandise).
3 Imposer (un contribuable) d'une cote (3.). Quote-part.
4 (1755). || Coter une carte géographique : indiquer les niveaux, les coordonnées.Coter un dessin industriel, y indiquer les cotes. Cote (6., b).
Coter un devoir d'élève. Estimer, noter; et aussi cote (5.).Par ext. Faire plus ou moins cas (de qqch., de qqn). Apprécier, estimer. || Employé bien coté par ses supérieurs hiérarchiques. (Rare). || Être coté pour… : être considéré comme…
1.1 Joli d'un côté
et vilain de l'autre,
il était coté
pour un bon apôtre.
Paul Neuhuys, Indication, in l'Arbre de Noël (1930).
2 (…) c'est fausser le jugement que coter l'art d'après son rendement moral.
Gide, Pages de journal, 2 sept. 1940, p. 83.
———
II V. intr. (avec compl. « interne »). Atteindre, avoir (telle cote [2.]). → ci-dessus, I., 2. || Moto qui cote 9 000 francs à l'Argus.Spécialt. Bourse. → Clôturer, cit. 3. || Le napoléon a coté tant.
——————
coté, ée p. p. adj.
1 (1888). Qui a une bonne cote, qui a la cote (5.). Estimé.
2 Coté en Bourse, dont la valeur est indiquée par la Bourse. || Valeur cotée en Bourse : valeur qui figure sur la cote officielle.
(En parlant d'un véhicule). || Coté à l'Argus, dont la valeur est donnée par l'Argus. || C'est un vieux modèle qui n'est plus coté.
3 (1922). Caractérisé par des cotes (6., b). || Croquis coté. || Géométrie cotée.
DÉR. et COMP. Cotable, cotation, coteur. Surcoter.
HOM. (Du p. p.) Cotté.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • coter — COTER. v. actif. Marquer suivant l ordre des lettres ou des nombres. Coter des pièces. Les Notaires ont coté et paraphé ces pièces. f♛/b] On dit aussi, Coter un chapitre, un article, un verset, etc. pour dire, Marquer le numéro d un chapitre, d… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • coter — Coter. v. a. Marquer suivant l ordre des lettres ou des nombres. Cotter des pieces. On dit aussi, Cotter un Chapitre, un article, un verset, &c. pour dire, Marquer le quantiesme est ce chapitre, cet article, ce verset, &c. Coter à la marge …   Dictionnaire de l'Académie française

  • COTER — v. a. Marquer suivant l ordre des lettres ou des nombres, numéroter. Coter des pièces. Les notaires ont coté et paraphé ces pièces. Coter un registre par première et dernière.   Coter un chapitre, un article, un verset, etc., Marquer le numéro d… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • COTER — v. tr. Marquer suivant l’ordre des lettres ou des nombres, numéroter. Coter des pièces. Les notaires ont coté et paraphé ces pièces. Coter un registre par première et dernière. Coter à la marge. Coter un chapitre, un article, un verset, etc.,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • coter — (ko té) v. a. 1°   Indiquer la cote du prix d une marchandise, du taux d une valeur. Coter le cours des effets publics, le prix des sucres. 2°   Noter. Coter à la marge le numéro d un article. •   Si vous aviez coté les endroits, vous m auriez… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Coter — Taufe des hl. Libertus (1490) Colijn de Coter (* 1446; † 1538) ist ein flämischer Maler, der in Messina in der zweiten Hälfte des 15. Jahrhunderts tätig war. Sein Hauptwerk ist ein Gemälde, das die Kreuzabnahme zeigt. Es ist im Regionalmuseum von …   Deutsch Wikipedia

  • coter — …   Useful english dictionary

  • Coter l'incertain — ● Coter l incertain méthode permettant d exprimer, en monnaie nationale, une quantité fixe de monnaie étrangère …   Encyclopédie Universelle

  • Colijn de Coter — Baptême de Saint Libertus, Colijn de Coter (1490), Messine (1490) Colijn de Coter (né en 1450, mort en 1539 ou 1540) est un peintre flamand qui exerçait à Messine dans la seconde moitié du XVe siècle. Son œuvre majeure est un tableau… …   Wikipédia en Français

  • Colijn de Coter — Taufe des hl. Libertus (1490) Colijn de Coter (* 1450; † 1539 oder 1540) ist ein flämischer Maler, der in Messina in der zweiten Hälfte des 15. Jahrhunderts tätig war. Sein Hauptwerk ist ein Gemälde, das die Kreuzabnahme zeigt. Es ist im… …   Deutsch Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.